Les 254 hommes présents sur trois départements ciblaient deux réseaux alimentant Avignon

Deux enquêtes, menées distinctement sur commissions rogatoires – délivrées en mars et septembre derniers – par le groupement de gendarmerie de Vaucluse, ont permis de démanteler deux réseaux importants de trafic de stupéfiants et d’interpeller simultanément 17 personnes, tôt hier matin. Le 18e individu recherché sur Caumont s’est présenté de lui-même en début d’après-midi à la gendarmerie.

Cette vaste opération conduite par le colonel Charles Bourillon, commandant du groupement de Vaucluse, a mobilisé pas moins de 254 personnels (dont 117 gendarmes du groupement de Vaucluse), de la police et des douanes Du jamais vu. Les différentes unités sont ainsi intervenues essentiellement dans le Vaucluse : à Caumont-sur-Durance, Avignon et Cavaillon alors que d’autres militaires opéraient dans le même temps dans le Gard (Beaucaire) et dans le département de l’Ardèche.

En raison de la configuration des lieux et du profil des “cibles”, un hélicoptère a même été engagé pour survoler la commune de Caumont où seront interpellées huit personnes dont un mineur. “C’est la première fois que nous engageons autant de moyens en raison des endroits sensibles et des objectifs à interpeller, explique le colonel. C’est une opération lourde et complexe mais nous sommes pleinement satisfaits du résultat.”

Des armes, de la drogue, 100 000€…

Ce coup de filet rondement mené a donc nécessité la mobilisation de nombreux moyens : entre autres de 12 équipes cynophiles spécialisées dans les stups et les billets, de 25 hommes des PI2G (Peloton d’intervention de 2e génération) de Toulouse et d’Orange, de 7 Psig (Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie), de 65 militaires de l’escadron de gendarmerie d’Orange, de deux techniciens en identification criminelle…

“Certaines des personnes interpellées sont suspectées d’être des gros fournisseurs en résine de cannabis et en cocaïne de la place d’Avignon et de ses alentours”, indique le colonel Bourillon.

Alors que les “cibles”, âgées entre 20 et 35 ans, étaient placées dans la foulée en garde à vue, les enquêteurs poursuivaient les perquisitions aux domiciles de celles-ci . Les gendarmes ont ainsi mis la main sur un revolver 357 Magnum, un fusil à canon scié, une carabine et un 22 long rifle, une Audi A5 et deux véhicules Renault. Mais aussi sur 6 kg de cannabis qui ont été saisis, 200g de cocaïne et près de 100 000 € d’argent liquide. “Nous ne sommes pas face à des petits dealers de rue. Il s’agit de fournisseurs grossistes et semi-grossistes”, précisait encore le colonel Bourillon.

Enquête sur le patrimoine

Il appartient désormais aux enquêteurs d’établir un éventuel lien entre ces deux réseaux mais surtout de savoir de quelle manière et où ces gros fournisseurs s’approvisionnaient. “Certains sont déjà connus de nos services, détaille le colonel. L’un d’entre eux était par exemple capable de fournir 30 kg sur Avignon. Un autre, dont le rôle reste à préciser, pouvait faire entre 15 000 et 16 000 € de recette par mois”.

Hier soir, leur garde à vue était prolongée de 24 h et il est fort possible que, dans les jours à venir, certains d’entre eux soient présentés devant le juge.

Dans le même temps, des personnels du GIR (Groupe d’intervention régional) de Marseille, assistés d’enquêteurs spécialisés dans la délinquance financière, la répression des fraudes et le travail illégal qui ont assisté à l’opération, vont se pencher de près sur les biens patrimoniaux de ces individus.

http://www.laprovence.com/article/a-la-une/vaucluse-18-interpellations-apres-la-chasse-antidrogue
(merci à duralexsedlex du Forum Police & Réalités)