Beaucoup de questions lundi matin parmi les fidèles du temple protestant située au Mirail. Une partie des bâtiments a été incendié dans la nuit de dimanche à lundi. Selon les enquêteurs, il s’agirait d’un incendie volontaire allumé à l’aide d’un engin jeté contre un mur extérieur des bâtiments de l’Assemblée chrétienne de Toulouse.

Un temple discret

Les dégâts, s’ils sont limités, touchent essentiellement des locaux associatifs, des bureaux et une épicerie solidaire située à côté de la salle de culte, et gérés par l’association. « C’est un lieu de culte protestant, mais cela ne se présente pas comme un temple très clairement identifié. Il n’est pas du tout certain qu’il y ait une connotation antireligieuse », a confié ce matin le procureur de Toulouse Michel Valet. « Rien ne nous permet de faire un rapprochement. Il n’y a aucune inscription. La seule chose qu’on peut dire avec certitude, c’est que c’était prémédité », témoigne Didier Bernis un des pasteurs de cette église évangélique installée dans le quartier depuis près de 16 ans.

Motivation indéterminée

Toujours selon le pasteur, les incendiaires ont escaladé le portail de l’enceinte avant de lancer un cocktail molotov. « On peut trouver beaucoup de raisons de s’en prendre à l’association, de la motivation religieuse au mécontentement d’un client », ajoute encore Didier Bernis.

Métro

http://www.metrofrance.com/info/enquete-sur-l-incendie-d-une-eglise-protestante-a-toulouse/mliq!QkD2H6rXEEZ2g/