Autrefois, il y avait la « peur du gendarme », qui pouvait faire réfléchir avant de commettre un délit. De nos jours, l’on peut se demander si cet effet dissuasif fonctionne encore au vu des statistiques données par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) dans son dernier rapport concernant les faits constatés en 2013.

SUITE

Merci Marie-France Bessaguet