77FA3C77-4CD1-40B1-84B0-24087AC7B248Dans une tribune de « l’Obs », les universitaires demandent à Emmanuel Macron une législation claire sur ce qui constitue un « levier de réinsertion ».

En mars dernier, alors qu’il était en visite à l’École nationale de l’administration pénitentiaire à Agen, Emmanuel Macron avait annoncé une « refondation pénale ». Il plaidait notamment pour une réforme du travail pour les prisonniers. « Reconnaître un droit du travail adapté est une mesure indispensable, qui permet de les réinsérer dans la société », disait-il alors. Trois mois après, 300 universitaires publient une tribune dans l’Obs pour demander des « actes » au président de la République.

« Le Code de procédure pénale affirme que le travail en prison (organisation, méthodes, rémunérations) doit « se rapprocher autant que possible des activités professionnelles extérieures afin notamment de préparer les détenus aux conditions normales du travail libre » », rappellent-ils. Mais ils soulignent qu’« en dépit de la suppression du travail obligatoire, le législateur est demeuré au milieu du gué ». Et la tribune de rappeler que le vide juridique ouvre la voie à de nombreux abus et empêche le travail de jouer le rôle de « levier de réinsertion » qu’il est censé avoir……Cliquez ici pour lire la suite