ahmet-ogras-758x426

Le président du CFCM Ahmet Ogras s’est ainsi expliqué au micro de LCI : « On a confirmé notre souhait d’être partie civile pour avoir accès au dossier, connaitre les lieux de cultes visés et les personnalités visées. Nous avons un devoir, en tant que représentants, d’apaiser, mais aussi de défendre notre culte et les personnes qui le pratiquent. Nous remercions les services de l’Etat, les représentants des forces de l’ordre, la DGSI, le groupe Sentinelle pour la sécurisation de nos lieux de culte. Nous avons face à nous un ministre de l’Intérieur qui assume ses responsabilités et partage les réalités du terrain. »…… Cliquez ici pour lire la suite