img_0475-1

Parmi leurs cibles, ils évoquaient des islamistes sortant de prison ou des mosquées radicales et certains d’entre eux avaient déjà testé des explosifs : dix proches d’un groupe d’ultradroite ont été mis en examen jeudi matin après quatre jours de garde à vue. Ces neuf hommes et cette femme, âgés de 32 à 69 ans, avaient été interpellés en France dans la nuit de samedi à dimanche, soupçonnés d’appartenir à un groupuscule dont les autorités craignaient « un passage à l’acte violent, aux contours demeurant toutefois imprécis à ce stade », selon le parquet de Paris…… Cliquez ici pour lire la suite