1033651

Entre août 2011 et septembre 2012, Basir Ibrahimi est interprète pour l’armée française en Afghanistan, son pays. A l’expiration de son contrat et au moment où les soldats français commencent à quitter le pays, ne se sentant plus en sécurité, il fait une première demande de visa dit de « relocalisation ». Elle lui est refusée par l’ambassade de France… par SMS. En novembre 2015, menacé de mort, il fait une deuxième demande de visa. A nouveau refusée.

C’est ce dernier refus que le tribunal administratif de Nantes vient d’annuler ce mercredi 27 juin. De plus, le tribunal nantais enjoint le ministère de l’Intérieur de réexaminer sous un mois la situation de cet interprète de 31 ans……Cliquez ici pour lire la suite