B9710597815Z.1_20161221141716_000+GHF8772BI.3-0

Debout, devant la porte d’entrée de sa belle propriété située dans l’Est toulousain, Franck* nous invite chaleureusement à boire un café dans son salon. CRS depuis 10 ans, l’homme a besoin de se confier. «Il est temps qu’un de nous le fasse», sourit-il. Bien installé dans sa chaise, il évoque sans concession son métier de CRS. Durant cette heure d’entretien, il navigue entre le sentiment de frustration de ne plus pouvoir prendre du plaisir au quotidien car «les conditions de travail se détériorent chaque année», et celui de fierté, d’agir pour le pays, de sauver des vies et d’appartenir à une fratrie……Cliquez ici pour lire la suite