justice

Enfant, elle était la victime d’un ami de ses parents qui ont menacé leur fille plutôt que de la protéger.

Il y a bien longtemps qu’elle ne les appelle plus ni « papa », ni « maman ». À l’aube de ses 21 ans, qu’elle fêtera samedi, et après neuf ans d’une procédure éreintante, c’est dans le cadre d’une cour d’assises que Karine Jambu s’apprête à revoir ses parents, jugés à Rennes (Ille-et-Vilaine) à partir de ce mardi au côté de celui qui a brisé son enfance.

Roland B., 65 ans, comparaît pour d’innombrables viols survenus entre 2002 et 2005, sous le toit même des Jambu, qui l’hébergeaient à l’époque. Des faits sordides qu’il nie -il ne reconnaît que des agressions sexuelles- et qui ont démarré alors que Karine n’avait pas cinq ans……Cliquez ici pour lire la suite