Police

Le 1er octobre 2017, deux jeunes filles étaient assassinées par un terroriste devant la gare de Marseille. Un an plus tard, le préfet de police des Bouches-du-Rhône assure tout mettre en oeuvre pour qu’un tel drame ne se reproduise pas. Plus de 500 personnes font l’objet d’une surveillance précise.

Cliquez ici pour lire la suite