20181020_1_5_1_1_0_obj18700923_1

Si cette tentative avortée d’une figure historique du grand banditisme marseillais de mettre sur le marché « 80 armes remilitarisées » n’était pas à inscrire dans un contexte « où l’on intimide, on menace, on tue« , a rappelé la procureure avec gravité, ses rebondissements pourraient presque prêter à sourire. Il faut dire que cette « histoire d’un enfumage bulgare de pieds nickelés« , comme l’a résumé le tribunal, contient tous les ingrédients d’un scénario grinçant et burlesque des frères Coen.

Cliquez ici pour lire la suite

(Merci Yann Bourguignon)