Nicolas-Dupont-Aignan (1)

Madame, Monsieur,

Vous vivez une pĂ©riode particuliĂšrement Ă©prouvante. Retenus par votre devoir de rĂ©serve, nous savons pourtant que beaucoup d’entre vous soutenez de cƓur le mouvement des gilets jaunes malgrĂ© l’épuisement supplĂ©mentaire causĂ© par la sĂ©curisation des rassemblements. Vous savez aussi que l’essentiel des casseurs et des voyous qui vous ont agressĂ©s n’ont rien Ă  voir avec le mouvement. Comme des millions de Français, nous vous rĂ©itĂ©rons ici notre soutien, pour votre courage et votre calme durant ces manifestations.

Nous savons que la fatigue et la colĂšre montent au sein de la profession. Le dĂ©sespoir aussi. Le 12 novembre 2018, Maggy Biskupski, une femme admirable et respectĂ©e, se donnait la mort avec son arme de service. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, on dĂ©nombre 32 suicides chez les policiers et 33 chez les gendarmes. Le gouvernement doit rapidement apporter des rĂ©ponses au malaise de la profession, dont la reconnaissance doit ĂȘtre restaurĂ©e Ă  travers des actes concrets.

Les insultes et la violence que vous subissez depuis des annĂ©es ne doivent plus ĂȘtre tolĂ©rĂ©es : quel pays dans le monde accepte de voir ses institutions dĂ©fendre aussi peu l’autoritĂ© et la sĂ©curitĂ© des forces de l’ordre ? Nous devons retrouver une situation “normale”, dans laquelle les voyous reçoivent des sanctions exemplaires s’ils osent s’en prendre Ă  un policier.

Pour rĂ©pondre Ă  votre engagement sans faille, le gouvernement doit immĂ©diatement amĂ©liorer vos conditions de travail. Il est temps de passer Ă  l’action et de :

DĂ©fiscaliser vraiment vos heures supplĂ©mentaires et payer dans l’annĂ©e les 24 millions d’heures qui vous sont dues (hausse de 20% pour les seules annĂ©es 2015 et 2016) soit 250 millions d’euros.
Recruter 30 000 reprĂ©sentants des forces de l’ordre pour vous Ă©pauler et 10 000 personnels administratifs pour remplir les tĂąches administratives qui paralysent vos services.
Investir massivement dans votre équipement. Par exemple, pour remettre à niveau le parc de véhicules, il faudrait commander 8 000 véhicules cette année : seulement 3 000 achats sont prévus.
Lancer un grand plan de rĂ©novation et construction de commissariats de police et de casernes de gendarmerie pour que vous travailliez dans de bonnes conditions. Par exemple, construire 4 casernes par an coĂ»terait 100 millions d’euros.
– Mettre fin Ă  l’inefficace politique du chiffre et que la justice ait le courage de s’attaquer aux vrais voyous.
– Recentrer vos missions de police sur l’essentiel et cesser la multiplication des tĂąches indues.

En plus de ces nĂ©cessaires amĂ©liorations des conditions de travail, une nouvelle politique sĂ©curitaire et judiciaire doit ĂȘtre mise en place pour vous permettre de remplir vos missions plus sereinement. Nous proposons depuis plusieurs annĂ©es de nombreuses mesures, dont, entre autres :
– Construire 40 000 places de prison supplĂ©mentaires.
– Instaurer des peines planchers de prison ferme pour toute agression de fonctionnaires de police, de gendarmerie ou de pompiers.
– Mettre en place une peine de 10 ans de rĂ©clusion criminelle en cas de dĂ©tention ou de port d’arme de guerre illĂ©gal et pour des affaires liĂ©es au terrorisme et au grand banditisme, trafic de stupĂ©fiants compris.
– Appliquer une politique de tolĂ©rance zĂ©ro, notamment contre les trafiquants de drogue et mener une politique de reconquĂȘte des zones de non-droit.
– Introduire dans le code pĂ©nal la notion de prĂ©somption objective de lĂ©gitime dĂ©fense pour les forces de l’ordre.
– Expulser immĂ©diatement les fichĂ©s S Ă©trangers.
– Expulser immĂ©diatement tout Ă©tranger condamnĂ© Ă  une peine criminelle ou dĂ©lictuelle.
– Appliquer l’article 411-4 du code pĂ©nal (30 ans de rĂ©clusion criminelle pour intelligence avec l’ennemi) pour incarcĂ©rer les djihadistes.
– Autoriser le port permanent de l’arme 24h/24 et 7j/7 pour les forces de l’ordre en complĂ©ment d’une formation de qualitĂ©.

Les Français ont confiance en vous : cette reconnaissance ne doit pas rester que symbolique. C’est le sens de cet ensemble de mesures.

Nous admirons votre dĂ©vouement au service de la Nation. Nous voulons qu’à nouveau les gouvernements vous considĂšrent comme vous devez l’ĂȘtre : les garants de notre dĂ©mocratie et de notre sĂ©curitĂ©.

Vous pouvez compter sur notre soutien.

Bien fidĂšlement,

Nicolas Dupont-Aignan
DĂ©putĂ© de l’Essonne
Président de Debout la France

Maurice Signolet
Commissaire divisionnaire honoraire de la Police Nationale

Michael Taverne
Policier
Délégué de la 3Úme circonscription du Nord