🚔🇫🇷 A la veille des fĂŞtes de NoĂ«l, il ne vous aura pas Ă©chappĂ© cette vidĂ©o de nos collègues motards de la Compagnie de SĂ©curisation et d’intervention 75 qui sont pris Ă  partie par une horde d’individus enragĂ©s et assoiffĂ©s de sang de flics. 🔥

➡️ Ces images ont fait le tour des mĂ©dias et de la toile, avec parfois — trop souvent — des commentaires haineux probablement liĂ©s Ă  l’ignorance pour certains et Ă  la bĂŞtise pour d’autres.

đź“Ś L’association MPC se veut, par ces quelques lignes et cette vidĂ©o, pĂ©dagogue et va tenter de vous expliquer avec des mots simples ce qu’il s’est passĂ©.

đź”´ Premièrement, aucune action de nos collègues ne peut minimiser et justifier la violence Ă  laquelle ils ont du courageusement faire face. On ne peut pas justifier l’injustifiable.

đź”´ Deuxièmement, sachez que tout arme lĂ©tale ou de force intermĂ©diaire utilisĂ©e par des forces de l’ordre se fait dans la stricte application de la lĂ©gitime dĂ©fense et dans une procĂ©dure d’emploi dĂ©finie.

đź”´ Troisièmement, nous tenons Ă  apporter tout notre soutien Ă  nos collègues motards, qu’ils sachent que notre porte leur est ouverte en cas de besoin, que nous Ă©prouvons une admiration sans vergogne et un profond respect face Ă  leur sang froid indĂ©niable et Ă  leur professionnalisme.

đź”´ Quatrièmement, nous nous offusquons que, face Ă  une scène d’une violence rare, notre administration n’a eu d’autre rĂ©ponse immĂ©diate que de saisir l’Inspection GĂ©nĂ©rale de la Police Nationale afin que cette dernière ouvre une enquĂŞte Ă  l’encontre de nos collègues.
➡️ Il s’agit, encore une fois, d’une piètre façon de prĂ©senter son soutien et sa reconnaissance envers ses effectifs de terrain. Effectifs qui, rappelons le, viennent de subir des semaines très Ă©prouvantes, sans compter leurs heures et avec un dĂ©vouement sans faille envers cette mĂŞme administration.
⚠️ Au jour où nous savons pertinemment les risques psycho sociaux auxquels fait face notre profession, cette action, au delà de la maladresse, en est presque insultante et culpabilisante pour nos collègues.
Il ne nous est que trop triste de vous rappeler que nous sommes le corps de métier le plus touché par le suicide.

đź“› Nous vous invitons donc tous Ă  faire preuve de luciditĂ©, Ă  prendre du recul, Ă  Ă©valuer le contexte dans lequel nos collègues Ă©voluaient samedi dernier, et surtout Ă  voir l’humain qui se cache sous l’uniforme. Celui fait de chair et d’os, celui qui a failli ĂŞtre blessĂ© ou mort, celui qui a eu peur de ne pas rentrer chez lui le soir mĂŞme embrasser sa femme et ses gosses, celui qui a eu un quart de seconde pour rĂ©flĂ©chir lors de la sortie de son arme.

Cliquez ici pour lire l’article et voir la vidéo