2c9118585714f724b3bfb71e584108297da712ba_field_mise_en_avant_principale_1

Ils sont arrivés tôt, visages graves, yeux parfois humides. Des milliers de Français ont attendu mardi, sur le pont Alexandre III à Paris, le passage du convoi funéraire des deux soldats tués au Burkina Faso, pour les applaudir pendant quelques secondes.

Cliquez ici pour lire la suite