2lrqste5o8be

Un « bravo » ironique a retenti à l’énoncé du délibéré rendu par la juge Nabila Mani-Saada. Il émanait de l’un des 50 policiers venus soutenir les deux fonctionnaires de la brigade anti-criminalité, jugés pour violences à l’encontre d’un jeune étudiant de 22 ans dans la nuit du 4 au 5 mai 2017.

Cliquez ici pour lire la suite