1235815.jpg.png

Les riverains du gymnase Jeanne-Bernard, occupé depuis fin octobre par 200 à 300 migrants, n’en peuvent plus. Ils craignent pour leur sécurité et celle des occupants, et ne cachent pas leur colère contre l’État.

Cliquez ici pour lire la suite