19131125lpw-19131124-article-jpg_6353162

« Sans Twitter, je ne serais plus là ! » Julie en est persuadée: c’est son appel à l’aide, en mai sur ce réseau social, qui lui permet d’être encore en vie après avoir vu son ex-compagnon relâché, alors qu’elle l’accuse de violences conjugales.

Cliquez ici pour lire la suite