« D’où que nous venions, quel que soit notre pays, nous sommes des migrants. Et nous luttons pour une chose : simplement permettre à un enfant d’avoir sa chambre, son intimité. » Nancy est fatiguée. Arrivée en France depuis quelques mois, elle vit désormais dans la rue avec son mari, ses trois enfants, et environ 150 autres migrants Latino-américains.