Statue of lady justice on bright background - Side view with copy space.

En novembre dernier, on apprenait, grâce à une enquête de l’Express, que « dans des locaux vétustes » de la fac de médecine Paris-Descartes « des dysfonctionnements du centre et des problèmes de gestion » avaient eu une conséquence terrible : « des dépouilles putréfiées, rongées par les souris, à tel point que certaines ont dû être incinérées sans avoir pu être disséquées ». Autrement dit, les cadavres des personnes ayant fait don de leur corps à la science ont été conservés dans des « conditions indécentes ».

Cliquez ici pour lire la suite