7C4BA9F2-D1F0-44E1-8E28-2DBFB62D08EF

Cette nuit, alors que la vacation touchait à sa fin, notre collègue a été frappé par la froide barbarie du quotidien de la police secours. Alcool, impunité, violence ont creusé la tombe d un de nos frères d arme.

Ce matin, c est le visage pâle de la mort qui rentre à la maison.

Ce qui devait ĂŞtre un repos bien mĂ©ritĂ©, ce qu on appelle  » la descente de nuit » deviennent, pour ce mari, ce papa, ce fils, ce frère…

Cet hibou, un Ă©ternel sommeil…

La colère, la douleur, l injustice doivent éveiller les consciences.

Il ne s agit pas des  » risques du mĂ©tier », il est question de sauvagerie et des hommes, des femmes en uniforme qui la prennent de plein fouet.

Écoutez les voix de la nuit, à combien estime t on le prix du sang ?

Car c est une guerre qui se mène dĂ©sormais chaque nuit et des soldats de la nation qui tombent…

Pour que sa mort ne soit pas vaine, par respect, loyautĂ© et solidaritĂ© pour lui, parce qu’il n y a pas d autre choix pour se faire entendre du gouvernement, du ministère de l’intĂ©rieur,  parce que nous sommes dos au mur, en lĂ©gitime dĂ©fense.

Nous agissons à l encontre de nos convictions, de notre sens du service public et demandons par conséquent à tous nos collègues de sortir uniquement sur appel 17.

Nous sommes la NUIT, nous sommes UN.