Un collectif d’habitants de Marseille a saisi la justice et obtenu 10000 euros de préjudice. Le juge a reconnu que la préfecture n’avait pas pris toutes les mesures nécessaires à l’éradication du phénomène.

L’intégralité de l’article ici