C’est la première fois en trois ans de métier que Jimmy vit un tel événement. Pourtant, des situations compliquées, il dit en connaître de plus en plus. « J’oublie parfois que je suis juste un chauffeur. On est obligé de devenir des sortes d’éducateur, de médiateur… »

L’intégralité de l’article ici