La jeune femme encourt jusqu’à trois ans de prison si elle est reconnue coupable d’avoir violé les lois qui régulent l’usage d’internet dans le pays.

L’intégralité de l’article ici