Les trois gardiens de la paix accusĂ©s d’avoir tenu des propos racistes dans un groupe de discussion Whatsapp ont Ă©tĂ© Ă©cartĂ©s de la police nationale sur ordre du ministre de l’IntĂ©rieur, apprend-on vendredi 2 octobre 2020, d’une source proche du dossier. Deux d’entre eux ont dĂ©posĂ© un recours.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici