Prisonniers d’une loi bancale, promoteurs ou petits bailleurs sont de plus en plus tentĂ©s d’expulser eux-mĂȘmes les occupants indĂ©sirables. Et le nouvel amendement «anti-squats», s’il montre un changement d’attitude, ne rassure guĂšre.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici