Sur Twitter ou Facebook, plusieurs groupements de gendarmerie, comme celui des Vosges, jouent la carte du second degré. Une nouvelle tactique de communication, destinée à séduire mais aussi à mieux prévenir.

Avec la chaleur qui jouait les prolongations en septembre, les risques d’incendies Ă©taient Ă©levĂ©s dans la montagne vosgienne assĂ©chĂ©e. Un appel Ă  la vigilance s’imposait : « S’il vous plaĂźt, ne jetez pas vos mĂ©gots par terre dans le massif. La nuit, les Ă©cureuils descendent de leurs arbres pour les fumer. Or les agents de l’Office national des forĂȘts essaient de les faire arrĂȘter. »

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici