L’affaire Théo, devenue le symbole des violences policières, sera bientôt débattue devant une cour d’assises. Le parquet de Bobigny a requis, le 23 septembre dernier, le renvoi devant la cour d’assises de trois policiers: le premier pour ce chef de « violences volontaires avec arme », les deux autres pour « violences volontaires en réunion par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Un non-lieu a été été réclamé pour le quatrième fonctionnaire mis en cause, indique le parquet ce mercredi dans un communiqué.

L’intégralité de l’article ici