On trouve derrière ces affaires «des profils variés, des gens radicalisés, mais aussi des personnes qui souffrent de troubles mentaux ou qui envoient un message sans mesurer sa gravité», ainsi que «des jeunes», note le procureur de Paris, Rémy Heitz.

L’intégralité de l’article ici