« Chers lecteurs, on commence la semaine par un petit scandale du quotidien dont la justice a le secret. C’est un rĂ©cit exclusif. Lisez-le attentivement.

Les faits datent du 3 novembre 2020 au soir, au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Un Ă©quipage de la Bac remarque un Ă©change d’argent entre deux individus dans le hall d’une citĂ© « sensible ». Nous sommes la nuit, en pĂ©riode de confinement, et les deux hommes ne portent pas de masque.
L’un des individus s’Ă©loigne et monte dans l’immeuble. L’autre reste au rez-de-chaussĂ©e. Les policiers dĂ©cident de contrĂŽler son identitĂ©.
Au bout de quelques minutes, son compĂšre redescend des Ă©tages, puis s’enfuit Ă  la vue des policiers. Ces derniers le rattrapent dans l’immeuble. L’individu parvient Ă  jeter par une fenĂȘtre un objet que les policiers retrouveront, et qui s’avĂšrera ĂȘtre une plaquette de rĂ©sine de cannabis (100 grammes).

Les deux individus sont donc interpellĂ©s et une perquisition est menĂ©e au domicile du dĂ©tenteur de la plaquette. Lors de la perquisition, environ 9 kilos de rĂ©sine de cannabis, quelques centaines d’euros et une compteuse Ă  billets sont retrouvĂ©s dans l’appartement. L’individu interpellĂ©, trĂšs connu pour trafic de stupĂ©fiants, se rebelle alors et mord notamment l’un des policiers. Plusieurs plaintes ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es Ă  son encontre.

Le lendemain, la magistrate du TGI de Bobigny, chargĂ©e de l’affaire, a considĂ©rĂ© que le contrĂŽle d’identitĂ© de l’individu restĂ© en attente dans le hall n’Ă©tait pas lĂ©gitime, et que par consĂ©quent toutes les infractions qui en ont dĂ©coulĂ© ne pouvaient ĂȘtre retenues, la fuite, la plaquette jetĂ©e, les 9 kilos de rĂ©sine, la morsure du policier, tout a Ă©tĂ© classĂ© sans suite (classement 36, « irrĂ©gularitĂ© de procĂ©dure »), l’argent a Ă©tĂ© rendu Ă  l’individu
 et il est ressorti libre le lendemain, soit le 4 novembre 2020.
Pas avec les félicitations du jury, mais presque


AprÚs une demande de la police, la décision de la magistrate a été confirmée par sa hiérarchie du TGI de Bobigny.

Darmanin voulait « empĂȘcher les trafiquants de dormir », la justice de Dupond-Morretti veille Ă  ce qu’ils fassent de beaux rĂȘves
 »

Source : le journaliste Lauret Obertone sur Facebook

(Merci Yann Bourguignon)