A Jean-Luc Mélenchon qui a osé déclarer hier que si le métier de policier était trop dur pour nous, nous n’avions qu’à en changer, nous ne répondrons que par cette image du bouclier de la BRI après l’assaut au Bataclan.
Il y a cinq ans jour pour jour, les policiers parisiens mettaient leurs vies dans la balance pour faire cesser le périple meurtrier d’une demi-douzaine de terroristes islamistes ayant déjà assassiné 130 de nos compatriotes.
Alors oui, ce métier est parfois dur et sombre. Oui, il a des répercussions indéniables sur notre vie privée voire notre santé. Mais si nous, policiers, abandonnions à chaque difficulté, qui protégerait les Français?
Un conseil monsieur Mélenchon : quand on n’a ni vergogne, ni dignité, on peut sérieusement envisager de changer de métier.

SICP