A Jean-Luc MĂ©lenchon qui a osĂ© dĂ©clarer hier que si le mĂ©tier de policier Ă©tait trop dur pour nous, nous n’avions qu’Ă  en changer, nous ne rĂ©pondrons que par cette image du bouclier de la BRI aprĂšs l’assaut au Bataclan.
Il y a cinq ans jour pour jour, les policiers parisiens mettaient leurs vies dans la balance pour faire cesser le pĂ©riple meurtrier d’une demi-douzaine de terroristes islamistes ayant dĂ©jĂ  assassinĂ© 130 de nos compatriotes.
Alors oui, ce métier est parfois dur et sombre. Oui, il a des répercussions indéniables sur notre vie privée voire notre santé. Mais si nous, policiers, abandonnions à chaque difficulté, qui protégerait les Français?
Un conseil monsieur MĂ©lenchon : quand on n’a ni vergogne, ni dignitĂ©, on peut sĂ©rieusement envisager de changer de mĂ©tier.

SICP