« Contrairement Ă  vous, colonel, et Ă  tant d’autres, Mila ne se soumettra jamais », Ă©crit au proviseur le père de l’adolescente, dans une lettre.

Mila n’ira plus Ă  l’Ă©cole. Le colonel qui dirige l’Ă©tablissement militaire qui avait consenti Ă  l’« accueillir » en fĂ©vrier, après qu’elle eut Ă©tĂ© exfiltrĂ©e de son lycĂ©e isĂ©rois en raison des menaces de mort dont elle Ă©tait la cible, suite Ă  sa vidĂ©o sur l’islam du 18 janvier, a dĂ©cidĂ© de l’exclure. De la renvoyer dans ses foyers. De la virer comme une Ă©lève indigne. Sans autre forme de procès. Sa faute ? Un « live » avec quelques amis, il y a quelques jours, sur les rĂ©seaux sociaux, au cours duquel, par mĂ©garde, la jeune femme a commis le crime de citer le nom de l’internat oĂą elle vivait…

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici