PropriĂ©taire d’un immeuble rue Parmentier, ce Roubaisien avait la volontĂ© d’investir dans sa ville. C’était sans compter les trafics de drogue et la mainmise de certains dealers. L’homme raconte avoir Ă©tĂ© obligĂ© de vendre son bien au mois de mai malgrĂ© lui et surtout Ă  perte ! Il regrette d’avoir Ă©tĂ© abandonnĂ© par les autoritĂ©s.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici