Propriétaire d’un immeuble rue Parmentier, ce Roubaisien avait la volonté d’investir dans sa ville. C’était sans compter les trafics de drogue et la mainmise de certains dealers. L’homme raconte avoir été obligé de vendre son bien au mois de mai malgré lui et surtout à perte ! Il regrette d’avoir été abandonné par les autorités.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici