« À Rennes (35), nous avons eu mal à notre France et à notre métier de Policier. Le paroxysme du mépris a été atteint.

À l’appel de la prise de service du soir, il a été demandé au Commandant du service assurant le commandement de nuit que l’ensemble des effectifs présents ce soir, à savoir l’UIPS Nuit Groupe A et B, la BAC nuit, la Canine nuit puissent se rendre face devant la Gendarmerie de Région Clémenceau à Rennes afin d’exprimer son soutien suite au décès tragique de nos 3 frères d’armes décédés en service le 23 décembre 2020.

Après avoir avisé la hiérarchie, le commandant nous a informés d’une fin de non-recevoir, en faisant référence à la manifestation considérée comme sauvage du jeudi précédent.

Celles et ceux qui oseraient participer à cet éventuel rassemblement pour honorer ces trois victimes seraient sanctionnés.

Cette atteinte à l’honneur et cet irrespect envers nos camarades gendarmes est intolérable !

Le malaise dans nos rangs s’accentue et nous avons encore une fois la preuve qu’un fossé s’est creusé entre nos instances hiérarchiques et la troupe présente sur le terrain, seule garante de la Démocratie.

L’ego de notre hiérarchie locale est-il plus important que le respect dû à trois hommes décédés en effectuant une mission d’assistance et de protection à une femme violentee par son conjoint ?

La vie des hommes et des femmes assurant sur le terrain la sécurité de nos concitoyens n’a t-elle aucune valeur à leurs yeux ? La question est posée.

Cette menace permanente de sanctions est inadmissible, nous ne pouvons accepter d’être commandé sous la menace et la crainte du sabre.

La difficulté de l’exercice de notre profession et la mise en danger de notre vie mérite le respect et la considération et non le mépris.

La grogne monte, comme le montre les différentes actions menées par nos collègues sur tout le territoire national.

Alors, devons-nous nous soumettre ? Ou continuer cette lutte pour obtenir cette considération qui nous est due ?

À tous, force et honneur, collègues Hiboux.

Policiers Rennais en colère »

Source : Union des Policiers Nationaux Indépendants

(Merci Rudy van Cappellen)