KĂ©vin (prĂ©nom modifiĂ©), en rĂ©cidive, avait toutes les chances de finir en prison, mais y a Ă©chappĂ© grĂące Ă  un « suivi judiciaire renforcĂ© » jusqu’Ă  son procĂšs. Dans la Somme, la justice a pariĂ© sur ce dispositif rĂ©cent pour « s’attaquer aux racines » de la dĂ©linquance.

Le 12 juillet, dans un PMU prĂšs d’Amiens, le jeune artisan de 28 ans « s’alcoolise trĂšs rapidement », raconte-t-il. Il violente dans l’aprĂšs-midi sa compagne, puis le gĂ©rant de l’Ă©tablissement qui essaie de l’empĂȘcher de partir sans payer.

Avec une condamnation Ă  du sursis dix jours plus tĂŽt pour des violences similaires, et le retrait rĂ©cent de son permis pour conduite en Ă©tat d’ivresse, il est bon pour la comparution immĂ©diate, et, selon toute vraisemblance, pour de la prison ferme.

Mais Ă  l’issue de la garde Ă  vue, le parquet lui propose un « suivi judiciaire renforcĂ© » de six mois, jusqu’Ă  l’audience.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici