La radicalisation des comportements dans les zones rurales et périurbaines confiées à la gendarmerie est spectaculaire. Le Figaro a décortiqué le bilan 2020.

Pas moins de 8% de hausse des violences en 2020, toutes catégories confondues, dans les zones rurales et périurbaines confiées à la gendarmerie. Alors que ces mêmes atteintes volontaires à l’intégrité physique ont baissé de plus de 5% dans les zones urbaines de la police nationale. Rien ne va plus dans la France des campagnes, décidément de moins en moins paisible.

L’intégralité de l’article ici

(Merci Yann Bourguignon)