Depuis la publication d’une vidéo dans laquelle elle critiquait violemment l’islam, la lycéenne, menacée, vit sous protection policière et a dû quitter son établissement scolaire. Sur les réseaux sociaux, les intimidations du même genre prolifèrent.

Un an que sa vie a basculé. Ce sont plus de 50.000 messages de haine que la jeune Mila a reçus depuis ce samedi de janvier 2020 où, sur Instagram, elle avait posté une virulente vidéo, s’en prenant, en termes très crus, à l’islam. Aujourd’hui sous haute protection policière, instruite à domicile, elle voit ses rêves de «briller sur scène» brisés, avec «des morceaux un peu partout».

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici