Cette bande organisĂ©e arrivait Ă  “gagner” avec son trafic 20 000 Ă  30 000€ par semaine ! Or il vient d’ĂȘtre mis un terme Ă  ses agissements.

Le pĂŽle “stups” de la police cavaillonnaise a Ă©tĂ© mis en place en septembre dernier avec trois enquĂȘteurs sous l’autoritĂ© du commandant Bernard Dalverny. Sa premiĂšre affaire vient d’ĂȘtre bouclĂ©e. Et pas des moindres. “Cela a nĂ©cessitĂ© une enquĂȘte de cinq mois, longue et difficile s’appuyant sur une expertise technique et devant ĂȘtre rĂ©alisĂ©e en toute discrĂ©tion”, explique le commandant. Cinq mois de filatures et de surveillance tĂ©lĂ©phonique, 450 procĂšs-verbaux
 La particularitĂ© de cette affaire est qu’elle reliait Cavaillon et le nord de la France.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici