Sur la rĂ©ponse pĂ©nale, les relations entre les policiers et la justice ou encore au niveau social, les organisations syndicales ont d’ores et dĂ©jĂ  fait pression sur GĂ©rald Darmanin. Avec succĂšs.

“Pour l’instant, le ministre a rĂ©pondu en tout point Ă  nos attentes.” Voici comment Fabien Vanhemelryck, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral d’Alliance Police nationale expliquait dans Le Monde, le 14 janvier dernier, que son organisation allait finalement prendre part au “Beauvau de la SĂ©curitĂ©â€ convoquĂ© par GĂ©rald Darmanin. Comme Alliance, une autre puissante formation, l’Unsa, annonçait la mĂȘme chose, quelques semaines seulement aprĂšs que les deux syndicats avaient pourtant assurĂ© boycotter le rendez-vous promis par Emmanuel Macron.

Et pour cause: alors que le ministre de l’IntĂ©rieur prĂ©sente seulement l’évĂ©nement aux organisations syndicales ce lundi 25 janvier, celles-ci ont d’ores et dĂ©jĂ  obtenu des garanties d’importance de la part du gouvernement. Avant que les discussions commencent officiellement donc. 

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici