Une enquĂȘte prĂ©liminaire a Ă©tĂ© ouverte il y a un an sur un signalement de Tracfin pour « blanchiment » et « abus de confiance ». L’avocate du rĂ©alisateur des « MisĂ©rables » et de son frĂšre rĂ©cuse toute malversation.

Simple mauvaise gestion d’association ou rĂ©el dĂ©tournement de dĂ©penses publiques? Selon des sources concordantes, l’association La CitĂ© des Arts Visuels Ă  Montfermeil (Seine-Saint-Denis) dont Ladj Ly, le rĂ©alisateur des MisĂ©rables, est le fondateur et son frĂšre Amadou, le prĂ©sident, a Ă©tĂ© perquisitionnĂ©e le jeudi 21 janvier. La structure abrite notamment l’Ă©cole KourtrajmĂ©, un Ă©tablissement offrant une formation gratuite en cinĂ©ma, sans condition d’Ăąge, ni de diplĂŽme. Les policiers sont repartis avec plusieurs cartons et dossiers sous les bras. Mais les intĂ©ressĂ©s n’ont pas encore Ă©tĂ© entendus par les enquĂȘteurs.

C’est un signalement de Tracfin, le gendarme de Bercy, qui a alertĂ© la justice. Il y a un an environ, la cellule chargĂ©e notamment de lutter contre les circuits financiers clandestins et le blanchiment d’argent est intriguĂ©e par certains retraits et transactions d’argent. En fĂ©vrier 2020, le parquet de Bobigny a ouvert une enquĂȘte prĂ©liminaire pour « abus de confiance » et « blanchiment », confiĂ©e au service dĂ©partemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis. L’enquĂȘte porte sur des dĂ©tournements prĂ©sumĂ©s de sommes publiques, avec de possibles ramifications dans d’autres sociĂ©tĂ©s.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici