Le document circule dans la mouvance black bloc et a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© retrouvĂ© sur des tĂ©lĂ©phones portables lors d’interpellations Ă  Paris. Il liste les endroits oĂč les agents sont le moins protĂ©gĂ©s.

« C’est l’application exacte de ce que prĂ©conise un des paragraphes. » Ce magistrat parisien a Ă©tĂ© surpris en dĂ©couvrant, d’un cĂŽtĂ©, les faits reprochĂ©s Ă  Akram, un homme de 31 ans poursuivi pour des violences commises sur des policiers le 28 novembre dernier Ă  Paris et, de l’autre, un document retrouvĂ© dans le tĂ©lĂ©phone portable du prĂ©venu. Un petit guide — que nous nous sommes procurĂ© — illustrĂ© avec la photo d’un policier casquĂ©, en tenue de maintien de l’ordre, et intitulĂ© : « En cas d’agression physique ».

Il s’agit lĂ  d’un mode d’emploi pour toucher les agents dans les endroits oĂč ils ne sont pas protĂ©gĂ©s. Akram, par exemple, a visĂ© un des fonctionnaires au genou pas entiĂšrement Ă  l’abri des blessures malgrĂ© une protection. Il en a aussi touchĂ© un autre au menton en passant sous le casque. « L’efficacitĂ© de cette tenue est trĂšs relative, est-il notĂ©. Le premier point est celui de l’aspect que donne cette tenue et c’est pour cela qu’elle a Ă©tĂ© conçue Ă  la base FAIRE PEUR. Cependant, elle empĂȘche de courir vite, elle est lourde et fatigante. »

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici