Il avait dénoncé la menace islamiste dans une lettre ouverte quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

« Quand l’État démissionne, est-ce que moi, je peux encore enseigner? » L’affaire Didier Lemaire a occupé les médias télévisés étrangers jeudi.

Ce professeur de philosophie de Trappes, dans les Yvelines, placé sous Â«Â protection policière », avait dénoncé la menace islamiste dans une lettre ouverte quelques jours après l’assassinat de Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

Didier Lemaire dit être Â«Â un peu en colère » et aimerait un soutien à la mesure de Â«Â ce combat qu’il ne veut pas abandonner (…) Alors si en plus on m’accuse de créer le problème car on est dans le déni… »

Depuis ses déclarations du week-end dernier sur BFMTV, l’enseignant a reçu quelques appels de politiques, comme la présidente de la région Île-de-France Valérie Pécresse, une dizaine de messages bienveillants de ses collègues, mais aussi des critiques, des démentis qu’on lui oppose. Et même une plainte pour diffamation.

L’intégralité de l’article ici