La relation était platonique, l’épilogue sera pénal. Un avocat marseillais est accusé par une substitute de Bordeaux de menaces, de violences et de harcèlement. Audience prévue le 22 mars.

Ce sont deux mondes habituĂ©s Ă  s’opposer durant les audiences, de chaque cĂ´tĂ© de la barre. Plus rarement sur le banc des prĂ©venus et celui des parties civiles. Le 22 mars, le tribunal correctionnel de Bordeaux (Gironde) va Ă©tudier une affaire de « menaces et actes d’intimidation contre les personnes exerçant une fonction publique » et « harcèlement ». L’auteur prĂ©sumĂ© des faits : Olivier Le Mailloux, avocat au barreau de Marseille (Bouches-du-RhĂ´ne). La plaignante : une substitute du procureur de Bordeaux. Le dĂ©cor : le rĂ©seau social professionnel LinkedIn. LĂ  encore, un monde sans vague. Habituellement. Tous deux ne se sont croisĂ©s qu’une seule fois dans la vraie vie.

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici