La classe de CP-CE1 de l’Ă©cole primaire d’un petit village de l’Eure semble hors de contrĂ´le. Le maire et des parents d’Ă©lèves tirent la sonnette d’alarme et demandent de l’aide Ă  la Direction acadĂ©mique du dĂ©partement. Ils vont bloquer leur Ă©tablissement scolaire.

De l’extĂ©rieur, l’Ă©cole primaire de Saint-Eloi-de-Fourques, près de Bourgtheroulde, dans l’Eure, paraĂ®t bien calme. Dans la cour du centre aĂ©rĂ©, les bruits d’une cour de rĂ©crĂ©ation normale. « Pourtant ce sont les mĂŞmes Ă©lèves que d’habitude », explique le maire du village, Denis Szalkowski. Depuis sa mairie, situĂ©e Ă  deux pas de l’Ă©cole, il entend et voit parfois les problèmes : « Dans la classe de CP-CE1, ce sont des violences, des insultes, de plusieurs enfants. Un Ă©lève a Ă©tĂ© tapĂ© Ă  deux centimètres de son testicule, il a eu un bleu Ă©norme, je n’ose mĂŞme pas imaginer ce qu’il se serait passĂ© s’il avait Ă©tĂ© touchĂ©… Un Ă©lève en a menacĂ© un autre Ă  la cantine avec un couteau ! Des institutrices se font frapper et insulter, la classe est hors de contrĂ´le… »

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici