Il y a quelques jours, le collectif « Touche pas à mon flic » a publié une vidéo de contre-analyse de l’affaire Zecler. Le but ? Défendre la parole des policiers rendus muets par le devoir de réserve. Leur porte-parole, Bruno Attal, a répondu à nos questions.  

L’intégralité de l’article ici