TU…

Au procès de Taha Bouhafs qui s’est tenu hier, la question du tutoiement a été débattue à la barre.

En effet, le policier outragé par Monsieur Bouhafs l’avait tutoyé dès la première prise de contact.

J’ai demandé à ce policier de me confirmer qu’il savait que le tutoiement était interdit et il n’a pas su me répondre.

Soyons clairs :

Il est interdit aux dépositaires de l’autorité publique de tutoyer un citoyen, quelque soit son âge, son milieu social, son niveau de fortune ou d’éducation.

Le tutoiement est mauvais Ă  plusieurs titres.

D’abord il est irrespectueux, et vous devez le respect aux citoyens. C’est une règle de base, une règle de simple politesse.

Ensuite il crée une proximité, et vous n’avez pas à créer cette proximité. Vous êtes représentants de l’Etat, dépositaires de l’autorité publique, et vous ne devez jamais vous mettre au niveau de celui que vous contrôlez au risque d’en faire votre égal. Les habitants de certains quartiers vous considèrent comme une bande rivale, donnez leur tort. Ne les tutoyez pas.

Enfin, à l’heure de la vidéo à outrance, le simple fait de tutoyer les personnes va vous mettre en situation de faute face à l’institution judiciaire, et vous n’aurez pas besoin de ça le jour où vous retrouverez devant un juge, comme auteur ou comme victime.

Vous êtes nombreux à me dire que dans certains quartiers ou avec certaines personnes le tutoiement est indispensable. Peut-être, mais peu m’importe.

Vous avez l’obligation déontologique de vouvoyer les personnes, alors faites-le. Appelez les Monsieur ou Madame, et vouvoyez-les.

Vous ne pourrez en tirer que des avantages.

Maître Laurent-Franck Lienard