Un tel accord a déjà été conclu à Norilsk, en Sibérie, ville touchée par une catastrophe écologique après le déversement l’an dernier de 21.000 tonnes de carburant dans plusieurs cours d’eau.

La Russie pourrait envoyer ses détenus participer à la dépollution de l’Arctique, région polluée par de nombreux accidents industriels, a déclaré ce vendredi le directeur des services pénitentiaires russes (FSIN).

L’intégralité de l’article ici

(Merci Rudy van Cappellen)