Thierry Prungnaud, ancien du GIGN, a libéré, avec d’autres, les passagers de l’avion otage de Marignane. Il a reçu, 27 ans après, la médaille nationale de reconnaissance aux victimes du terrorisme.

Marignane. 26 décembre 1994, 17 h 12. Le top action de l’assaut est donné. Lui devant, les autres derrière. « Je l’ai mis en 6 », raconte Thierry Prungnaud en parlant du commandant du GIGN Favier (1). « La fonction prime sur le grade. » « Ce sont les anciens qui décident. » Lui a décidé d’être le premier à entrer dans le cockpit de l’Airbus A300 F-GBEC du vol Air France 8969, tenu par quatre membres du Groupe islamique armé (GIA).

L’intĂ©gralitĂ© de l’article ici