Monsieur Mélenchon, les forces de sécurité veulent des excuses.

Voilà 40 ans que je côtoie les femmes et les hommes politiques de notre pays et jamais je n’ai entendu un tel affront, une telle insulte à l’égard des forces de sécurité.

Vous avez traité les policiers et les gendarmes « de bons à rien » capables de mettre des amendes a tout le monde.

Il est vrai que cette expression de  » bons à rien » vous est familière mais cette fois cela dépasse le tolérable.

Déjà lors de la perquisition des locaux de votre parti politique vous aviez provoqué les enquêteurs et fait pression sur eux en proclamant que  » La République c’est moi! « .

Venant d’un parlementaire, vos récents propos sont totalement inacceptables vis à vis de celles et ceux qui sont chargés de protéger les Français et de faire respecter l’ordre et la loi. Ces propos sont irresponsables et insultants et vous disqualifient durablement.

À titre personnel il me paraît indécent, pour cette raison, que vous vous présentiez devant les Français pour l’élection présidentielle.

Un candidat à la Présidence de République ne peut pas faire de telles déclarations car il ne sera jamais reconnu par tous ceux qui servent leur Pays dignement dans des conditions de plus en plus difficiles et par tous les Français qui croient encore en quelques valeurs fondamentales.

Le respect et la retenue sont indispensables pour exercer cette fonction et vous ne semblez pas en disposer.

Monsieur Mélenchon,Les membres des forces de sécurité ne pourront jamais l’exprimer mais je me fais leur interprète.

Nous avons tous la même opinion de vous que celle que vous avez exprimée publiquement sur les forces de sécurité.

Jamais nous ne pourrons vous respecter tant votre attitude est aux antipodes de celle que nous attendons d’un homme politique responsable.

Les Français jugeront.

Les bons à rien ne vous saluent pas et espèrent que vous n’aurez jamais besoin d’eux.

Général de corps d’armée (2S) Bertrand Soubelet

(Merci Rudy van Cappellen)