Monsieur Mélenchon, les forces de sécurité veulent des excuses.

VoilĂ  40 ans que je cĂŽtoie les femmes et les hommes politiques de notre pays et jamais je n’ai entendu un tel affront, une telle insulte Ă  l’Ă©gard des forces de sĂ©curitĂ©.

Vous avez traitĂ© les policiers et les gendarmes « de bons Ă  rien » capables de mettre des amendes a tout le monde.

Il est vrai que cette expression de  » bons Ă  rien » vous est familiĂšre mais cette fois cela dĂ©passe le tolĂ©rable.

DĂ©jĂ  lors de la perquisition des locaux de votre parti politique vous aviez provoquĂ© les enquĂȘteurs et fait pression sur eux en proclamant que  » La RĂ©publique c’est moi! « .

Venant d’un parlementaire, vos rĂ©cents propos sont totalement inacceptables vis Ă  vis de celles et ceux qui sont chargĂ©s de protĂ©ger les Français et de faire respecter l’ordre et la loi. Ces propos sont irresponsables et insultants et vous disqualifient durablement.

À titre personnel il me paraĂźt indĂ©cent, pour cette raison, que vous vous prĂ©sentiez devant les Français pour l’Ă©lection prĂ©sidentielle.

Un candidat à la Présidence de République ne peut pas faire de telles déclarations car il ne sera jamais reconnu par tous ceux qui servent leur Pays dignement dans des conditions de plus en plus difficiles et par tous les Français qui croient encore en quelques valeurs fondamentales.

Le respect et la retenue sont indispensables pour exercer cette fonction et vous ne semblez pas en disposer.

Monsieur MĂ©lenchon,Les membres des forces de sĂ©curitĂ© ne pourront jamais l’exprimer mais je me fais leur interprĂšte.

Nous avons tous la mĂȘme opinion de vous que celle que vous avez exprimĂ©e publiquement sur les forces de sĂ©curitĂ©.

Jamais nous ne pourrons vous respecter tant votre attitude est aux antipodes de celle que nous attendons d’un homme politique responsable.

Les Français jugeront.

Les bons Ă  rien ne vous saluent pas et espĂšrent que vous n’aurez jamais besoin d’eux.

GĂ©nĂ©ral de corps d’armĂ©e (2S) Bertrand Soubelet

(Merci Rudy van Cappellen)