Quand vous demandez à des policiers ce qui a motivé leur désir d’entrer dans la police, la réponse est presque toujours empreinte d’idéal : pour « défendre la veuve et l’orphelin », « assurer la sécurité des gens », « arrêter les méchants »… On rentre dans la police par vocation. De plus en plus en sortent par épuisement ou déception. Christophe a jeté l’éponge. Au moins pour un temps. Cet officier expérimenté de la police nationale, qui a encadré des « nuiteux » de la BAC, des policiers d’une unité d’intervention, puis ceux d’une grosse unité de jour en banlieue parisienne, a demandé son détachement il y a quelques mois. Et il ne le regrette pas, sa famille non plus.

L’intégralité de l’article ici

(Merci Yann Bourguignon)