La volonté d’unification des services de chaque département sous une direction unique provoque des remous au sein de la police judiciaire, institution qui cultive habituellement la discrétion.

C’est une institution qui cultive la discrétion, par nature autant que par vocation. Mais au sein de la police judiciaire (PJ), le projet d’unification de tous les services de police dans chaque département suscite des remous qui vont bien au-delà d’un simple mouvement de grogne. Cette fois, pas de question de point d’indice, d’avancement ou de gratuité des transports en commun. Plutôt, assure ce commissaire d’un service de PJ en région, d’« une atteinte prévisible à la démocratie ».

L’intégralité de l’article ici

(Merci Maître Confucius)